Err

FAQ : Cigarette électronique et effets secondaires

Cigarette électronique et effets secondaires

Bien que meilleure pour la santé, la vape n’est pas exempte de petits tracas.


Attention toutefois à bien faire la différence entre les effets secondaires induits par l’arrêt du tabac et ceux de la vape. Un sevrage de la cigarette classique peut éventuellement entraîner des symptômes reconnus : anxiété, irritabilité, fatigue, trouble du sommeil (cauchemars et rêves étranges), augmentation de l’appétit et prise de poids, déprime, difficultés de concentration, toux… et aussi plus rares et moins reconnus comme une hausse ou une déficience immunitaire passagère. Bref, arrêter de fumer peut-être un vrai casse-tête.


Utiliser une cigarette électronique durant cette période difficile aide à limiter ces effets secondaires, voir en supprime totalement certains. C’est pour cela qu’elle est si plébiscitée par les anciens fumeurs.


Mais la cigarette électronique peut également causer quelques effets secondaires. Ici, on vous dresse leur liste et on vous dit comment résoudre ces petits tracas.

Surconsommation de e-liquide

Ça y est vous avez réussi à enfin lâcher votre paquet de cigarette, votre briquet, et votre cendrier est vide ! Vous savourez cette (immense !) victoire avec un délicieux eliquide. Un peu trop d’ailleurs… Votre flacon ne vous dure qu’approximativement une journée, votre résistance ne fait pas la semaine, vous êtes constamment à l’affût d’un câble et d’un port USB pour éviter la panne de batterie. Finalement, vous vapotez plus que vous ne fumiez.


Que s’est-il passé ?


Lors des premiers jours de sevrage, une grande consommation de eliquide ne doit pas être inquiétante. Par contre, lorsque le problème persiste au-delà, il faut intervenir. On estime qu’une grande consommation de e-liquide c’est :


  • plus de 5ml avec une résistance supérieure à 1ohm
  • plus de 8 ou 10ml avec une résistance inférieure à 1ohm


La solution n’est pas la privation, ce n’est pas le but et vous risqueriez de vous rabattre sur la première cigarette qui passe. Pour réduire sa consommation, il faut tout simplement augmenter son taux de nicotine. Un apport nicotinique supérieur vous apportera une satiété plus grande et vous permettra de lâcher et d’éloigner votre cigarette électronique. Pensez qu’elle aussi a besoin de repos pour bien fonctionner.

Irritation : Quand la cigarette électronique fait mal à la gorge

Le plus souvent, les maux de gorge induits par la vape sont en relation avec le taux de nicotine que contient le liquide. La nicotine peut provoquer de légères irritations. Un taux de nicotine élevé doit être sur du matériel adapté (MTL). Au-delà de 6mg de nicotine, le eliquide a tendance à picoter la gorge s’il est utilisé avec du matériel subohm (qui fait beaucoup de vapeur). Deux solutions :


  • Augmenter la valeur de la résistance pour obtenir un tirage et un débit d’air plus serré.
  • Utiliser des eliquides aux sels de nicotine qui réduisent le hit et l'irritation en gorge tout en proposant une absorption plus rapide de la nicotine (voir notre guide sels de nicotine). Idéalement, ils s’utilisent avec du petit matériel au format pod qui se glisse dans la poche. Discrètes, économiques et pratiques, ces petites cigarettes électroniques peuvent être des appoints intéressants pour les vapoteurs qui souhaitent garder leur modèle subohm pour se défouler sur des faible taux de nicotine. Elles peuvent aussi devenir le modèle principal des nouveaux utilisateurs ou de ceux qui ne souhaitent pas s’encombrer d’un gros modèle compliqué au quotidien.

Quand la cigarette électronique fait tousser

La toux du vapoteur ne doit pas être confondue avec la toux du fumeur. Si vous toussez directement après une aspiration sur votre e-cigarette, c’est la toux du vapoteur. Si vous toussez le matin ou en fin de journée sans raison apparente, c’est la toux du fumeur.


La « toux du vapoteur » est certainement une des premières causes d’abandon de la cigarette électronique. Cette toux, qui peut également s’accompagner d’une légère irritation, peut avoir deux origines :


Les débuts de la vape : lorsque l’on commence à vapoter ou lorsque l’on change de matériel pour un modèle plus puissant, il arrive que votre gorge mette un petit temps à s’adapter au passage de la vapeur. C’est la vapeur associée à une contraction du larynx un peu trop brutale qui va provoquer une quinte de toux. Cet état passager ne dure que 2 jours maximum le temps que votre corps s’habitue.


Trop de vapeur : si la toux persiste, il va falloir se pencher sur la puissance du matériel et le taux de nicotine qui lui est associé. Opter pour une « machine à vapeur » avec un taux de nicotine élevé n’est pas une bonne solution. Et même un modèle trop puissant avec un taux de nicotine faible peut faire tousser les vapoteurs dont l’inhalation est indirecte (petite aspiration).

Dans ce cas, c’est la valeur de votre résistance qu’il faut revoir. Préférez-en une moins aérienne, avec un tirage plus serré et plus proche de la cigarette traditionnelle. Pour cela, augmenter la valeur en ohm de cette dernière. L’airflow (entrée d’air) devra aussi être légèrement plus fermé pour ne laisser passer qu’un petit filet d’air.

Déshydratation

Autre désagrément que peut provoquer la vape : une bouche trop sèche. Les eliquides contiennent deux ingrédients principaux : la propylène glycol et la glycérine végétale. Cette dernière n’est pas asséchante, mais le propylène glycol en grande proportion et en grande quantité peut l’être.


La solution ? Très simplement : boire plus d’eau pour contrer les effets. Et surtout, vaper moins de propylène glycol, soit en choisissant un taux inférieur, soit en augmentant la nicotine dans votre eliquide. Vous ressentirez les effets quasi-instantanément.

Intolérant / allergique au PROPYLÈNE GLYCOL (PG)

Plutôt rares, il existe des vapoteurs qui ne supportent pas la présence de propylène glycol dans la vape. Sur les forums, les symptômes décrits sont un assèchement de la bouche et des voies respiratoires, un état nauséeux, des maux de ventre ou encore des éruptions cutanées de type eczéma. Ils peuvent agir en synergie avec un surdosage de nicotine qui provoque également les mêmes effets.


Si l’allergie ou l’intolérance est avérée (demandez quand même conseil à votre médecin), il existe des solutions pour se passer du propylène glycol :


Les eliquides à la glycérine végétale 100% VG ne contiennent pas ou extrêmement peu de propylène glycol. Ils peuvent être vapés sur du matériel type subohm avec de larges entrées de eliquide au niveau de la résistance, ou sur dripper reconstructible.


Les eliquides au Végétol® sont une excellente alternative au propylène. Ils se composent de Végétol® et de glycérine végétale uniquement et peuvent être utilisés sur la majorité des modèles de e-cigarette.

L’alcool dans les eliquides

Autre substance qui peut être indésirable dans les e-liquides : l’alcool. Pour des raisons religieuses ou de santé, certains e-liquides doivent être évités par les vapoteurs. L’alcool dans les eliquides est faiblement dosé (de 0,5% à 3% de la composition totale). Il est utilisé pour faire ressortir des saveurs ou pour assurer la conservation de certains arômes.


Sur notre boutique en ligne, la présence d’alcool dans les eliquides est systématiquement contrôlée et inscrite sur la fiche du produit dans l’onglet « Caractéristiques ». Vous pouvez également contacter nos conseillers en cas de doute. Ils vous accompagneront dans vos choix de eliquides.

Surdosage de nicotine

Le surdosage de nicotine est rare dans la vape, mais il peut arriver. Les signes sont les suivants : maux de tête, état nauséeux, vertiges, palpitations, insomnie, sécheresse buccale et douleurs abdominales.


En France, le dosage maximum de nicotine autorisé est de 20mg/ml, soit environ 3x moins qu’aux États-Unis. La dose létale pour un adulte varie entre 500mg et 1g de nicotine. Nous sommes donc loin de frôler la catastrophe, surtout que la nicotine possède une demi-vie de 2h après laquelle elle est éliminée par l’organisme.


Les surdosages surviennent généralement lorsque différents produits nicotinés sont associés : cigarette électronique + cigarette traditionnelle ou patch et chewing-gum nicotinés. Les fumo-vapoteurs en savent quelque chose et peuvent être régulièrement victimes de légers mots de tête.


La solution ? Éviter de fumer juste après avoir vapoté ou baisser son taux de nicotine. Les associations entre les différents produits de sevrage tabagique doivent également être bien dosées. Le mieux étant d’informer son médecin si vous souhaitez mixer des substituts tabagiques avec l’utilisation d’une cigarette électronique.


Quoi qu’il arrive, si vous ressentez les effets d’un surdosage, rassurez-vous, ça n'est qu'un état passager. Rangez votre cigarette électronique et éventuellement votre paquet de cigarette. Si vous êtes « patché », retirez-le momentanément. Buvez de l’eau et vous verrez les symptômes disparaitre en l’espace de 2h.

Agueusie partielle ou diminution du goût

L’agueusie c’est la faculté, pas terrible, qu’ont nos papilles à ne plus distinguer les goûts. Dans la vape, on parle d’agueusie partielle et, que l’on se rassure, elle est passagère. A force de vaper toujours les mêmes saveurs, les récepteurs du goût fatiguent et ne font plus bien leur travail.


Quelles solutions ? En cas d’agueusie partielle, il faut mettre ses papilles au repos. Deux écoles s’affrontent : ceux qui vapent de la base neutre (donc sans goût) et ceux qui vapent des e-liquides à la menthe. Pour la seconde option, pas besoin de choisir une menthe extra-forte, privilégiez une menthe douce sans trop de sucre. Et pas de triche ! Je parle de vous qui recherchez un « e-liquide fruité malaisien légèrement rafraîchissants surboosté en arôme »… de quoi donner une agueusie à votre agueusie !

LE MOT DE LA FIN

Vous savez à peu près tout ce qu’il faut savoir sur les effets secondaires indésirables de la vape. La liste est longue mais pour chaque cas des solutions existent. Pour ne pas rester dans le négatif, on peut quand même citer les effets positifs de l’arrêt du tabac avec la vape : une absence de monoxyde de carbone et de goudrons dans le sang et une meilleure oxygénation de vos cellules, une amélioration du goût et de l’odorat, une récupération du souffle, une bonne odeur d’e-liquide plutôt que de cendrier froid, une diminution d’environ 95% des risques liés au tabagisme… que du bon finalement !


Enfin, quelque soit le symptôme rencontré, consultez votre médecin !

 

Certains produits de cette page contiennent de la nicotine : Attention de 2,5mg à 16,6mg Nocif en cas d'ingestion - Danger de 16,7mg à 20mg Toxique en cas d'ingestion - Doivent être conservés sous clé et hors de la portée des enfants.

4.8/5 avis clients

+ De 50 000 vapoteurs satisfaits !

Livraison gratuite

Sans minimum d’achat

Livraison express

Expédition le jour même avant 16h00

paiement 100% sécurisé

CB, VISA, PAYPAL...